0696 48 10 62

0696 48 10 62

Articles du Centre Graine de Plénitude

"C’est la manière dont nous nous situons par rapport à nos émotions qui nous enchaîne ou nous libère" 

Jack Kornfield

Il est aujourd’hui reconnu que plus de 75 % de nos maladies ont une origine psychosomatique.

Il est aujourd’hui acté que la maladie est le Mal à Dire.

Il est aujourd’hui accepté, l’idée que nos émotions laissent des empreintes corporelles qui peuvent nous enchaîner et nous détruire à petit feu.

 

Posons un préalable nécessaire a la bonne compréhension du sujet

L’être humain est corps mental (pensées), corps énergétique (vibrations, ondes), corps émotionnel (désirs, ressentis, émotions) et corps physique (physiologie) qui sont liés l’un à l’autre et donc ont un impact l’un sur l’autre. C’est ainsi que la pensée provient de notre mental. Elle influe sur notre corps émotionnel qui influe sur notre corps énergétique qui lui-même a un impact sur notre corps physique et inversement.

La pensée est la production de notre Ego. Elle est puissante et s’impose à nous si nous n’y faisons pas attention. Un cercle vicieux ou vertueux se met en place à notre insu et s’impose à nous.

Notre schéma le plus courant de fonctionnement s’inscrit dans une succession d’étapes que nous ne contrôlons pas : situation – croyance – pensée – émotion – action – expérience qui devient ou réactive une boucle neuronale……

Telle la pensée, l’émotion elle aussi peut être le déclencheur de réactions en boucle car tout notre vécu depuis notre conception est somatisé dans notre corps.

Mettre des mots sur l’émotion

Le terme « Emotion » provient du mot « émouvoir », en latin « emovere » qui signifie « mise en mouvement » de moi vers l’extérieur. Il s’agit d’une réponse spontanée à une situation qui se présente à nous, un moyen de transmettre une information sur comment on se sent.

A la base, toute émotion a une fonction et est saine en tant qu’expression de ce que nous ressentons à l’instant présent. Bien souvent ce sont les croyances que nous leur associons qui nous font les vivre comme positives ou négatives. Ainsi, la peur a une fonction de protection, la tristesse, une fonction de réparation, la colère permet de marquer son territoire et la joie, une fonction d’élan vital et de bien-être.

L’émotion s’accompagne de réactions :

  • Réactions motrices : tonus musculaire, tremblements...
  • Réactions comportementales : incapacité de bouger, agitation, fuite, agression...
  • Réactions physiologiques : pâleur, rougissement, accélération du pouls, palpitations, sensation de malaise, sudation...
  • Réactions psychologiques :  pensées récurrentes envahissantes, perte de confiance, sentiment d’insécurité, angoisse, évitement, vulnérabilité…

C’est ainsi que lorsque nous avons peur, nous pouvons avoir des palpitations cardiaques, vertiges, sueurs, tremblements, mains moites et adopter une attitude de fuite, de défense ou de paralysie.

Lorsque nos conditionnements impactent notre système émotionnel

L’enfant dès sa conception hérite d’une culture émotionnelle familiale et transgénérationnelle. A sa naissance, il est éponge émotionnelle et, dans sa grande sensibilité et perméabilité, il perçoit, ressent et exprime librement et spontanément ses émotions. Puis, progressivement son système émotionnel va être confronté à son système éducationnel, culturel, à son code familial, à ses modèles d’identification. Sa gestion émotionnelle va être entravée par sa perception de l’environnement, ses croyances, ses valeurs, ses pensées.

De fait, notre culture émotionnelle s’exprime de manière spécifique, elle s’inscrit dans notre corps en créant des boucles neuronales qui réactivées lors de situations de vie qui se présentent à nous, vont laisser des empreintes corporelles, des mémoires cellulaires.

Comment oublier les propos, les expressions qui ont jalonné notre vie en lien avec les émotions :

« Arrête de pleurer, sois courageux »

« Pleurer, c’est être faible »

« ou toujou ka ri » ou « ri diri pléré lentille »

« tu as toujours peur de quelque chose, sois fort… »

Comment ne pas alors comprendre qu’ils aient pu façonner notre système émotionnel ?

Dès lors, nous avons la croyance qu’il y a de bonnes et de mauvaises émotions.

Dès lors, nous pensons que nous ne sommes pas libres d’exprimer nos émotions, que nous devons nous retenir.

Dès lors, nous nous persuadons que si nous exprimons nos émotions nous prenons un risque, celui d’être jugés

Lorsque nos émotions impactent notre santé

L’émotion est un élément de communication : elle a à être exprimée et partagée sans retenue car si elle n’est pas exprimée, si elle est retenue, si elle est refoulée, elle entraîne des dysfonctionnements de différentes natures, agit sur notre santé et sur notre qualité de vie. Nous retiendrons pour cet article, les risques psychosomatiques qui peuvent en découler.

Une émotion non reconnue, mal gérée à répétition imposera au corps de s’adapter, de se transformer, se modifier ce qui à terme provoque un déséquilibre amenant la maladie.

En effet, l’émotion refoulée, niée se cristallise dans le corps, forme un noeud qui provoque des blocages empêchant ainsi la libre et harmonieuse circulation énergétique.

Tout ce qui s’exprime ne s’imprime pas dit-on avec juste raison.

Chaque émotion est liée à un organe et la refouler à répétition, c’est prendre le risque de l’affaiblir :

  • La colère et frustration sont liées au foie et à la vésicule biliaire
  • La peur aux reins et à la vessie
  • La tristesse aux poumons et au gros intestin,
  • La haine, au cœur…

Par ailleurs, les maladies trouvent bien évidemment leur origine dans des facteurs environnementaux, physiologiques, génétiques, nutritionnels et aussi dans les chocs émotionnels. Nos émotions peuvent donc être la cause de nombreux maux physiques et de pathologies. Interroger la maladie, mettre du sens sur elle, contribue à prendre notre part de responsabilité en toute bienveillance sur ce qui nous arrive. On sait aujourd’hui que :

  • Ce que l’on ne veut pas entendre peut provoquer des otites, des douleurs d'oreilles.
  • Ce que l’on n’ose pas dire, qu’on a tendance à ravaler peut provoquer une angine, des maux de gorge.
  • Le refus de céder, d’obéir, de se soumettre peut être à l’origine de problèmes de genoux.
  • Les colères refoulées, la tendance à la critique, au jugement, à la plainte peuvent être des racines aux maladies du foie
  • Le poids des émotions se logent dans la colonne vertébrale considérée comme notre charpente et atteint les vertèbres provoquant des douleurs et des lombalgies. La région lombaire symbolise la sécurité et des douleurs à ce niveau sont souvent associées à une insécurité matérielle, à une peur de manquer d’argent…

Il y a lieu de prendre conscience qu’une maladie ou une douleur peut être révélatrice d’un système émotionnel en dysfonctionnement. Dans ce cas, la guérison du corps passe par la guérison de nos blessures, de nos pensées, nos émotions et la rééducation de notre système de croyances.

Quelques pistes pour oser l’expression émotionnelle

  • Accepter en toute bienveillance de ce qui est et se reconnecter à la vie et à l’amour plutôt qu’à la peur
  • Mettre de la distance et observer l’émotion afin de mettre des mots et du sens sur elle et percevoir ce qui s’y joue en termes d’éléments déclencheurs, de ressentis, de besoins associés
  • Accepter ses émotions
  • Reconnaître, nommer et exprimer ses émotions par différentes techniques : la verbalisation, l’écriture, le dessin…
  • Adopter une attitude de détente et de reconnexion à son corps par la relaxation, la méditation
  • Combattre les pensées et croyances négatives génératrices d’émotions envahissantes, par des pensées positives

 

Dépassons les idées reçues, dépassons nos conditionnements et faisons le choix d’appréhender et d’exprimer nos émotions librement et dans le respect de l’autre.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Institut Cassiopée

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.