06 96 48 10 62

Graine de Plénitude by Colette Rosinet
Boosteuse de changement

06 96 48 10 62

Nos conditionnements, une prison inconsciente

14 Fév 2022 Centre Graine de Plénitude OZ' E, le Blog du Cabinet Graine de Plénitude by Colette Rosinet pour faire le choix d’être plutôt que de paraître

Nos conditionnements, une prison inconsciente

 

Il est primordial, de prendre conscience que, ce que nous sommes est la résultante de nos matériaux de construction.

Nous sommes donc de pures expressions de nos racines identitaires. Elles représentent nos fondations, ce qui a contribué à nous construire.

Parmi ces racines, j’ai envie aujourd’hui de vous parler de nos conditionnements.

 

Mais, tout d’abord, qu’est-ce qu’un conditionnement ?

 

Le conditionnement se définit comme la mise en place d’un comportement provoqué à l’origine, par un stimulus artificiel qui devient progressivement mécanisme de fonctionnement.

Dans le cadre du comportement humain, on distingue deux types de conditionnements influents : les conditionnements classiques et les conditionnements opérants.

Aujourd’hui, je mets l’accent sur les conditionnements classiques.

Dans le cas du conditionnement classique, le stimulus serait un évènement extérieur à nous.

Le conditionnement classique de notre enfance repose sur le principe que nous agissons en fonction des expériences vécues, en fonction des évènements extérieurs à la personne. Ces dernières, lorsqu’elles sont répétées, laissent en nous des empreintes qui induisent ensuite nos comportements, nos schémas de fonctionnements qui deviennent répétitifs.

La probabilité qu'un comportement se répète va diminuer ou augmenter en fonction de renforcements donnés par l'environnement de vie et c’est là qu’intervient la force du conditionnement.

Comment se mettent en place nos conditionnements classiques ?

Il est nécessaire de prendre conscience que nos comportements sont la résultante d’apprentissages ayant pour effet de nous modeler.

Ainsi, notre relation au monde et aux gens, nos habitudes, notre système de pensées, notre mode de gestion émotionnelle seraient sous tendus par des conditionnements.  

En effet, de notre naissance à notre mort, nous baignons dans des environnements, nous vivons des expériences, nous intégrons des influences langagières ou comportementales qui vont progressivement, nous façonnent. Ces différents environnements représentent de véritables terrains conditionnements.

Parmi ces environnements, notre environnement familial dans lequel agissent nos figures parentales. Elles sont nos premiers modèles d’identification, nos liens d’attachement. De la nature de la relation que nous entretenons avec eux, des matériaux issus de notre éducation, des messages verbaux et non verbaux que nous recevons de nos figures parentales, nous captons des croyances, des valeurs, des attentes, en fait, leurs croyances, leurs valeurs, leurs attentes.

Nos parents représentent les premiers pas vers nos conditionnements.

Prenons l’exemple, d’un enfant a qui ont fait régulièrement des remarques sur son physique, sur sa manière de se tenir, de s’exprimer, sur ce qu’il est en fait (évènement extérieur), il s’en suit chez lui des croyances qui modifient sa propre perception de lui et induisent par conséquent des comportements dans sa relation à lui-même et aux autres. Cette racine qui parfois est inconsciente, peut être à l’origine de troubles liés à l’image de soi, des difficultés de confiance en soi, d’adaptation à l’environnement, des troubles du comportement alimentaires, de l’anxiété sociale…

Viennent ensuite la garderie, l’environnement scolaire et amical. Ces environnements vont être des terrains d’expressions et d’expérimentations des conditionnements reçus de nos figures parentales. Nous allons aussi y puiser d’autres codes, d’autres repères, d’autres attendus, d’autres conditionnements alimentés par d’autres figures influentes.

Puis, en parallèle à ces différents socles, intervient l’impact de l’environnement religieux qui renforce considérablement ces précédents conditionnements. La catéchèse et la pratique des cultes nous donnent le sentiment d’une vie conforme à un attendu, cependant elles modèlent notre quotidien de commandements, de devoirs à accomplir, de sanctions possibles, de nécessaires pardons qui peuvent être sources de détresse, de culpabilité, de craintes et d’incapacités à atteindre un objectif qui nous apparaît juste inatteignable.  

Nous baignons donc dans différents environnements qui nous construisent en nous inculquant des normes à respecter, la notion du bien et du mal, du bon et du mauvais, de l’acceptable et de l’inacceptable. Ils induisent inexorablement un esprit de comparaison, de jugement et d’auto - jugement par rapport à un attendu qui correspond à une norme.

 

Comment agissent nos conditionnements classiques ?

 

Ces conditionnements de notre enfance représentent donc des empreintes déterminantes. Elles sont à l’origine de boucles neuronales, racines de schémas répétitifs qui restent présents toute la vie si on ne les conscientise pas et n’y travaille pas.

Une fois installés, ils induisent chez nous des comportements qui tendent à se conformer à notre perception des règles, normes sociales, culturelles, familiales, éducationnelles, religieuses…

Nous avançons donc dans ce monde sous influences externes sans en être totalement conscients. On parle alors des conditionnements qui sont à l’œuvre et qui guident nos choix.

Mais pourquoi ? pourquoi laissons-nous à ces conditionnements autant de place ?

Parce que ces conditionnements inconscients nous donnent un sentiment d’appartenance à un groupe, à une culture, à une société, et c’est vital pour l’être humain. En effet, dans son grand besoin d’amour, l’être humain cherche en permanence à faire plaisir, à s’adapter, à ne pas décevoir, à se justifier… C’est une raison qui donne force à l’impact de nos conditionnements parce-que nous intégrons ces derniers comme des modèles à suivre pour être acceptés dans ce monde.

Cependant, il est urgent que nous nous rendions compte de la prison que représentent ces conditionnements. Ils rendent l’Homme asservi, le limitent dans le développement de son plein potentiel et dans sa liberté d’être.

Car, à l’origine nous sommes des êtres spontanés, joyeux et au fil du temps nous nous abandonnons inéluctablement sur le bord de la route et poursuivons notre chemin, habités par notre système de valeurs et de croyances qui seront les points d’ancrage de tous nos choix.

Osons regarder nos conditionnements avec bienveillance,

Osons faire le choix de la liberté d’être Essentiellement Soi.

De Cœur à Coeur


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Institut Cassiopée

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.